« Le féminin porte le divin »

  Luc 1, 26-38

« L’ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, appelée Nazareth, à une jeune fille vierge, accordée en mariage à un homme de la maison de David, appelé Joseph ; et le nom de la jeune fille était Marie. L’ange entra chez elle et dit : « Je te salue, Comblée-de-grâce, le Seigneur est avec toi. » À cette parole, elle fut toute bouleversée, et elle se demandait ce que pouvait signifier cette salutation. L’ange lui dit alors : « Sois sans crainte, Marie, car tu as trouvé grâce auprès de Dieu. Voici que tu vas concevoir et enfanter un fils ; tu lui donneras le nom de Jésus. Il sera grand, il sera appelé Fils du Très-Haut ; le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ; il régnera pour toujours sur la maison de Jacob, et son règne n’aura pas de fin. » Marie dit à l’ange : « Comment cela va-t-il se faire puisque je ne connais pas d’homme ? »

L’ange lui répondit : « L’Esprit Saint viendra sur toi, et la puissance du Très-Haut te prendra sous son ombre ; c’est pourquoi celui qui va naître sera saint, il sera appelé Fils de Dieu. Or voici que, dans sa vieillesse, Élisabeth, ta parente, a conçu, elle aussi, un fils et en est à son sixième mois, alors qu’on l’appelait la femme stérile. Car rien n’est impossible à Dieu. » Marie dit alors : « Voici la servante du Seigneur ; que tout m’advienne selon ta parole. » Alors l’ange la quitta.

« Oui » c’est par ces mots que Marie répond à la visite de l’Ange. Un bon fou dans l’amour et la confiance, car Marie n’a pour seule garantie que la parole du Seigneur. Le « Oui » libère, il fait taire les hésitations, les ressassements, les allers-retours, les balancements d’un pied sur l’autre. Le « Oui » rassemble, unifie, il ancre, il met fin aux gesticulations pour nous placer dans un mouvement de vie, infiniment plus libre, avec pour horizon la béatitude. La sainteté n’est pas la perfection, elle est d’abord une disponibilité à la grâce. C’est en me rendant disponible au Seigneur, que je peux devenir « porte du ciel », une porte ouverte et non entrebaillée ou refermée sur elle-même. C’est parce qu’à la suite de Marie, je dis « Oui », que je reçois alors cette puissance du Très-Haut qui me couvre de son ombre et me remplit de son Esprit. C’est alors que je peux être une porte pour mes frères vers le Ciel.

 

Je dépose à Marie, mes difficultés à dire « Oui », mes résistances, mes peurs, mes ambivalences et je m’engage à me mettre à son école, à goûter ces mots « Que tout se passe pour moi selon Ta Parole », confiant(e) que sur le chemin de l’accomplissement Dieu va me façonner, m’ouvrir, pour que je puisse toujours plus recevoir Son don.

Présentation de Claire

Claire de Saint Lager a fondé Isha Formation, elle propose des formations et un accompagnement pour faire rayonner les femmes et le féminin, dont les sessions Isha (« retrouver l’unité et rayonner« ) pour les femmes et des parcours « Graine de Femme » pour les jeunes-filles. Elle est l’auteur La Voie de l’Amoureuse (Artège, 2017) : un essai sur la femme et le féminin, et de Comme des colonnes sculptées (Emmanuel, 2020), un essai pour habiter ce mystérieux temps de l’attente quand le célibat se prolonge.

 

#Lien vers les autres propositions de prière de Claire :
1. La neuvaine  devenir des femmes de désir » -> Une belle façon de faire durer le souffle : https://hozana.org/communaute/7598-devenir-des-femmes-de-desir
2. Une neuvaine pour continuer de cheminer vers la mission  « Se mettre à l’écoute du projet de Dieu pour moi  » : https://hozana.org/s/gxxWum (Avec Laure Bourdin)
3. La joie à l’école de Marie – https://hozana.org/t/ddLnS
4. pour les célibataires – l’espérance à l’école de St Joseph : https://hozana.org/t/uBmEG

 

 

 

shares